Guide du Chiot

Mis à jour : 9 févr. 2019

Vous avez le coup de foudre !

Rien d’étonnant à cela : il est très facile d’être séduit par ce petit chien tout chaud, doux et laineux, lové au creux de vos genoux. Un regard sur ces grands yeux humides et vous voici sous le charme !


Partager sa vie avec un chien, le “meilleur ami de l’Homme”, est un grand bonheur. Il reste pourtant encore beaucoup à faire pour qu’il devienne un ami et un fidèle compagnon. Avant de ramener chez vous cette petite boule de poils, et de l’introduire dans votre vie, il convient de se poser pas mal de questions et d’y répondre : Ce chien, avec tous ses besoins, est-il réellement adapté à votre vie – y compris lorsqu’il sera adulte ?

Avez-vous prévu une solution pour sa garde pendant vos vacances ?

Disposez-vous véritablement de toute la patience, du calme et du temps pour élever un chien, apprendre son langage et jouer avec lui, même lorsque vous rentrerez épuisé après une journée de travail ? À partir du moment où le chiot est là, finie votre ancienne vie !

La nouvelle va devenir palpitante, divertissante,

pleine d’émotions, gaie, mais parfois aussi éprouvante. Si vous avez déjà des enfants, vous savez à peu près ce qu’il en est : des nuits courtes, des larmoiements nocturnes, une minuscule vessie qui doit être vidée en permanence.

S’il s’agit de votre première incursion dans le monde des petits, en l’occurrence dans celui de

votre ami à quatre pattes, ne soyez pas surpris. Car cette aventure est palpitante, et n’a rien à voir avec ce que vous avez connu jusqu’ici.


Nous sommes ravis que vous viviez cette aventure en compagnie d'Anim'Express !

Notre guide pratique doit vous aider à réfléchir à ce que la présence d’un chien signifie pour vous, votre famille et votre vie. Vous y trouvez également des conseils sur son développement, sa nutrition et ses soins. Il va vous falloir une bonne dose de patience, d’intuition, d’humour et une solide serpillière. Vous devez vous familiariser avec le langage canin pour pouvoir comprendre et aider ce petit animal lorsqu’il a peur, n’en peut plus ou simplement, ne sait plus comment faire face au monde des humains, pour lui si différent de sa vision des choses.

N’oubliez pas de donner à son éducation, son alimentation et ses soins une note ludique, y compris lorsqu’il vous faudra descendre et remonter les escaliers quatre à quatre pour la quatrième fois, parce qu’il vous semblait que votre chiot devait sortir (alors que ce n’était pas le cas).


Education et relation


Comment rendre votre chiot propre ?

Plus le chien est petit, plus sa vessie est réduite. Le chiot possède donc une vessie minuscule et les muscles lui permettant de “se retenir” doivent se développer avec le temps. Le punir, s’il “fait” dans la maison, ne résout donc absolument rien, sauf qu’Il va se mettre à avoir peur de vous. C’est à vous seul de repérer si et quand le chien doit sortir, pour l’emmener immédiatement dehors, et si possible toujours au même endroit afin qu’il reconnaisse son odeur.

Un chiot de huit semaines en phase éveillée est capable de se “retenir” pendant environ une à une heure et demie. À l’âge de trois mois, il réussit à tenir déjà deux à trois heures (sauf si votre chiot s’active et joue, vient de se réveiller, vient de finir de manger et boire). Même les chiens adultes doivent se soulager en moyenne quatre fois par jour minimum.


Sortez systématiquement votre chiot si

☞ il vient de se réveiller

☞ il a tout juste mangé et/ou bu

☞ il vient de vous faire la fête

☞ il vient de jouer et se déplace de-ci de-là avec des “signes de recherche” évidents

☞ il fait de petits cercles et renifle le sol

☞ il vient de faire beaucoup d’exercice


Gardez toujours un oeil sur lui pour détecter de suite s’il recherche un endroit où se soulager, soulevez-le assez haut et portez-le rapidement dehors, là où il a l’habitude de faire ses besoins. Mieux vaut l’emmener dehors plus souvent qu’occasionnellement

et associez ses “affaires” à un mot (ex. “sortie pipi” ou autre) afin qu’ultérieurement, lorsque vous partirez en voyage avec lui, il ne soit pas perturbé ou nerveux en se demandant ce que vous voulez de lui.



Comment le laisser seul ?

Les chiots suivent en général vos moindres faits et gestes. Un chiot abandonné ne survivrait pas longtemps dans la nature. C’est pourquoi il va pousser des hurlements terribles si vous le laissez seul, car cet abandon, pour lui, ne peut qu’être une erreur.

Les chiens laissés seuls très tôt subissent un stress tel qu’ils rongent les meubles, déchirent les tapisseries des murs et saccagent toute la maison. Lorsqu’un chien manifeste une fois ce genre de comportement, il est très difficile de lui ôter cette crainte profondément ancrée en lui, ce qui explique souvent que le chien soit rendu ultérieurement. Si l’on agit correctement en lui permettant de se sentir définitivement en sécurité dans son nouveau logis, avant de le laisser seul, il comprend alors qu’il est tout à fait inutile de se lamenter et que vous serez bientôt de retour.


On ne doit le laisser seul que s’il est suffisamment âgé pour conserver un certain “sang-froid”. Ce qui n’est d’ordinaire pas le cas avant la 14ème ou la 15ème semaine. Commencez par lui donner un os à mâcher puis, alors qu’il est détendu et occupé à le ronger, quittez la pièce et faites du remue-ménage dans la salle de bain, porte fermée. Ou bien dans la cuisine. S’il vient pleurer devant la porte, ouvrez-la uniquement lorsqu’il cesse de geindre momentanément.

Allez à la boîte aux lettres sans lui et évitez les effusions lorsque vous rentrez par la porte : vous ne vous êtes absenté que quelques minutes !

Dès qu’il accepte ces courtes absences, prolongez un peu les étapes. Donnez-lui d’abord à manger sous forme de jouet, que vous remplissez par exemple de biscuits ou d’un peu de fromage frais, afin que votre départ ne lui paraisse pas si terrible.

Ne vous glissez jamais sans bruit hors de la maison, mais dites-lui au revoir d’un ton toujours neutre et constant.


Plus vous vous exercerez, moins il sera perturbé par le fait de rester seul.

En outre, l’avis largement répandu selon lequel le chien n’a aucune idée du temps qui passe et peut rester seul des heures durant, ne serait-ce qu’une demi-heure, ne tient pas. En revanche, les chiens savent très exactement quand c’est l’heure du repas, quand l’enfant a l’habitude de rentrer de l’école, etc.

Plus vous pratiquez des exercices avec intensité et patience, moins le fait de rester seul sera synonyme de stress, pour vous comme pour lui. Si votre animal présente des symptômes de stress malgré des exercices intensifs, il convient de faire appel à un dresseur compétent.




Comment l'éduquer ?

Au cours des premiers douze à dix-huit mois de sa vie, un chiot connaît un développement

fabuleux pour lequel il faut deux décennies à l’être humain : de la naissance à l’enfance jusqu’à la puberté, sans oublier l’âge de maturité sexuelle et le stade adulte.

Il est important que l’Homme adapte son éducation, son attitude avec le chien et ce qu’il en exige, dans les diverses phases de développement de l’animal, pour que ce dernier devienne un sujet ouvert et confiant.





Ce qu’il faut savoir pour réussir l’éducation de son chien

Pour éduquer correctement un chien, restez serein, juste, cohérent et très clair !

L’éducation canine a beaucoup évolué ces dix dernières années. Aujourd’hui, nous disposons d’autres moyens que la pression, la punition ou carrément les coups. Nous savons que l’éducation réussie d’un chien passe avant tout par la motivation et le plaisir.


Il existe en l’occurrence des différences individuelles entre les sujets. Certains aiment travailler avec l’être humain et se réjouissent de ce qui leur est proposé, ce qui est principalement le cas des races élevées dans le but d’une collaboration étroite avec l’homme et de celles qui ont cela dans leurs gènes (ex. chiens de berger, chiens d’arrêt ou de nombreuses races de chiens de compagnie).

En revanche, d’autres ont besoin d’un peu plus de conviction pour obéir aux exigences de leur maître. Dans ce cas, il faut élaborer de formidables stratégies de gratification pour garder le chien dans de bonnes dispositions.

D’autres encore, comme bien des races de lévriers orientaux, terriers ou chiens de protection de troupeaux, supportent difficilement les ordres, car ils ont dû travailler seuls et en toute autonomie pendant des siècles.

Un fait est dans tous les cas : l’éducation vise surtout à établir des habitudes au travers de répétitions, jusqu’à ce que l’attitude constamment répétée devienne une seconde nature. Des limites à un comportement indésirable doivent être fixées, et ce par un “Non !” ou “Laisse ça” clair et net, une odeur spécifique ou l’interruption d’un jeu. Parler fort ne sert à rien, hormis mettre la pression (les chiens ayant une bien meilleure ouïe que nous, il faut éviter de leur crier dessus).

Des punitions ne font absolument pas avancer les choses, car la “sanction” ne fonctionne que si le sujet sanctionné peut en comprendre le motif, c’est-à-dire appréhender au minimum les rudiments de notre système de valeurs pour “s’améliorer” ensuite.

Ce n’est pas le cas chez le chien. Aucune de ses actions n’est délibérée, intentionnelle, ou a pour but de nous “jouer un tour”. Un jeune enfant ne peint pas la tapisserie avec du rouge à lèvres pour nous fâcher, mais parce que cela lui a paru être une bonne idée. Un chien ne farfouille pas dans les coussins du canapé pour nous fâcher, mais parce que personne n’était là pour lui l’interdire, parce qu’il n’avait pas d’os à mâcher alors que ses dents le démangeaient, ou parce qu’il s’ennuyait.

Et s’il ne répond pas à nos appels, c’est que nous ne lui avons inculqué jusqu’ici aucun ordre de rappel fiable. Il s’agit de notre prochaine tâche : l’exercer à ce “Viens !” sans distraction, jusqu’à ce qu’il réagisse comme en état de sommeil et ne revienne dans le parc que sur ce commandement.




La puberté chez le chien

Dès que votre chien atteindra la puberté, tout changera peut-être. Il est tout à fait possible que votre “chien adolescent” se limite à répondre par un regard vide aux ordres “Assis” ou “Couché”, même si cela avait merveilleusement fonctionné jusqu’alors. Le problème est le même que pour les humains adolescents : les transformations hormonales subies par le cerveau engendrent à cette période de la vie des changements si profonds qu’il ne peut tout simplement pas réagir “normalement”. Ne vous inquiétez pas trop : si vous vous préoccupez de ce problème, votre chien redeviendra aussi obéissant qu’avant, tôt ou tard.

Le rappel 

Ce que vous désirez absolument transmettre à votre chien, c’est “Viens”, le commandement majeur sans aucun doute. Un chien, dont on est sûr qu’il reviendra, jouit de plus de liberté, peut courir sans laisse et jouer avec des congénères. Aussi devriez-vous manifester tout le temps et l’attention nécessaires à ce commandement. Emmenez votre chiot sur un terrain clos d‘où il ne peut pas s’échapper, et commencez l’exercice.

Appelez-le par son nom en y associant le commandement “Viens” que vous utiliserez dorénavant dans tous les cas semblables, par exemple : “Viens Fiffi !” ou “Fiffi aux pieds”. L’essentiel est de rester sur ce mot. Puis mettez-vous à courir. Le chiot va galoper joyeusement derrière vous, car il ne veut pas vous perdre.

Arrêtez-vous, mettez-vous en position accroupie, laissez le chien venir à vous et récompensez-le par une friandise. Ensuite, répétez l’ensemble de l’exercice. Entraînez votre chien à réagir à l’ordre “Viens” 20 à 30 fois par jour, y compris à la maison, avant de le nourrir, avant de jouer avec lui pour que sa réaction soit vraiment sa seconde nature.

Lorsqu’il a sous le nez une chose réellement digne d’intérêt, il est plus difficile de l’appeler.

Un chien âgé de cinq mois seulement n’en est pas capable, parce qu’il ne vous entend peut-être pas du tout, alors qu’il s’amuse et fait des cabrioles avec un autre chien.

Ne gaspillez pas votre ordre, mais allez simplement le chercher dans ces conditions. Mais s’il gambade tout seul dans le jardin, appelez-le d’une voix joyeuse et prometteuse, et donnez-lui une friandise dès qu’il vous rejoint. Plus les situations dans lesquelles vous appelez le jeune chien sont difficiles, plus la récompense offerte doit être alléchante, car il a certainement dû laisser derrière lui un truc passionnant pour venir à vous.



Définir les limites

Corriger les conduites inacceptables fait aussi partie de l’éducation. Chacun doit fixer des limites. Toute mère applique ce principe en cas d’excès et chaque enfant doit apprendre à accepter les limites, un bon partenariat se basant sur la prise en compte et le respect des limites d’autrui.

Impossible d’ignorer simplement la moindre “mauvaise conduite” sans réaction d’envergure.

Si votre chiot tente de sauter sur vous, écartez-vous rapidement de manière à ce qu’il retombe sur le dos. Baissez-vous d’abord vers lui pour le flatter ou pour le récompenser une fois que ses quatre pattes (en peu de temps) ont retrouvé le contact avec le sol. Si vous n’en faites pas cas, vous le privez de ce qu’il cherche désespérément : votre attention. Mais s’il s’apprête à s’attaquer au lapin de la famille ou à votre Stradivarius, impossible de ne pas réagir. Dans cette optique, vous devez convenir d’un mot destiné à stopper l’action du chiot. “Non” n’est peut-être pas le mot adapté, car on s’en sert toute la journée dans bien des contextes, et sa signification s’en trouve “galvaudée” pour le chien. “Laisse ça” peut être une bonne option, ou encore un terme fantaisiste à prononcer exclusivement pour que le chien abandonne ce qu’il est en train de faire.

Un “Laisse ça !” formulé au bon moment interrompra au moins le chiot s’apprêtant à mettre votre chaussure en pièces. S’il est inutile de hausser la voix, vous devez en revanche l’interpeller d’un ton ferme et ôter l’objet qu’il doit lâcher. Toutefois, de nombreux chiens résistent un peu plus à un “Laisse ça !”, ce qui nous oblige à les toucher du doigt tout en prononçant un “Laisse ça !” clair et net, toujours en lien direct avec le “délit”. Ne discutez pas, faites passer un message : nous avons beaucoup à apprendre du chien pour ce qui concerne le bon timing.


07.87.56.60.49 

contact@animexpress.net

01 rue de la passe d'Anor, 59186 ANOR

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon